sauter


sauter

sauter [ sote ] v. <conjug. : 1>
• v. 1180; lat. saltare « danser », de salire « sauter »
I V. intr.
1Quitter le sol, abandonner tout appui pendant un instant, par un ensemble de mouvements ( saut); franchir un espace ou un obstacle de cette façon. bondir, s' élancer. Sauter en l'air; sauter haut. s'élever. Sauter à cloche-pied, à pieds joints. « Il fléchit les genoux et sauta à pieds joints sur le trottoir » (Sartre). Sauter de joie ( gambader) ; fig. manifester sa joie avec pétulance. Loc. fam. Sauter au plafond, en l'air : exprimer vivement un sentiment de surprise ou d'indignation. Sauter comme une chèvre, un cabri.
S'élancer d'un lieu élevé vers le bas. Sauter par la fenêtre, dans le vide, dans l'eau. se jeter. Sauter en parachute.
Spécialt Effectuer un saut de danse. Faire un saut particulier. Sauter à la corde. Sport Sauter en hauteur, en longueur, à la perche.
Reculer pour mieux sauter.
(Des animaux) Faire un ou plusieurs sauts (bond ou progression normale). Écureuil qui saute de branche en branche. Le chat a sauté sur la table. « Il passa quatre heures à regarder sauter dans l'allée les moineaux » (Hugo). sautiller.
2Monter, descendre, se lever... vivement. Sauter sur un cheval. Sauter dans un taxi. Sauter à bas du lit.
(1500) Se jeter, se précipiter. Sauter sur qqn, lui sauter dessus, l'attaquer; l'entreprendre sexuellement (cf. ci-dessous II, 5o). Il a essayé de me sauter dessus. Fam. Sauter sur l'occasion. Sauter au cou de qqn. Loc. Sauter aux yeux : frapper la vue, être ou devenir apparent, évident, manifeste. « Une évidence qui saute aux yeux » (Rousseau).
3Subir des chocs, des secousses répétés. tressauter. « Une petite route caillouteuse qui faisait sauter les voyageurs sur les banquettes du break » (Maupassant). Images qui sautent (cinéma, télévision).
4Fig. Aller, passer vivement (d'une chose à une autre) sans intermédiaire. Sauter tout de suite à la fin du chapitre. Sauter d'une idée à l'autre, d'un sujet à un autre ( coq-à-l'âne) . « Fais-moi grâce, je te prie [...] de la description de la maison [...] saute par-dessus tout cela. Au fait ! » (Diderot).
5(1798) (Choses) Être déplacé ou projeté avec soudaineté. Bouchon de champagne qui saute. 1. partir. Faire sauter la bande d'un journal. arracher, déchirer. Faire sauter une serrure. « La chaîne sauta. Il la remit en place une deuxième, puis une troisième fois : elle s'en allait au premier tour de roue » (Robbe-Grillet). Loc. Faire sauter la coupe : remettre habilement un jeu de cartes dans l'état où il était avant la coupe. — Fam. Et que ça saute ! allez-y rondement, vivement. « Allons, grouillons ! [...] Schnell ! Schnell ! remontons dans le car et que ça saute » (Queneau).
(Personnes) Fam. Perdre brusquement son emploi, être renvoyé. Le directeur financier a sauté. Je dois « défendre ma tête devant mon préfet, devant mon ministre, sous peine de sauter » (Cendrars).
6(1587) Exploser. éclater, 1. voler (en éclats). Bombe à retardement qui saute. Char qui saute sur une mine. Faire sauter les ponts. dynamiter. Tout va sauter ! « À la prochaine [guerre], la terre peut sauter » (Sartre). Se faire sauter le caisson, la cervelle.
Fondre par un court-circuit. Le congélateur a fait sauter les plombs. Les plombs ont encore sauté !
Jeu Faire sauter la banque.
7Être supprimé, annulé. La fin de l'interview a sauté au montage. Faire sauter une contravention. « Je vais lui faire sauter son permis pour un bout de temps » (P. Guimard).
8(1767) FAIRE SAUTER (un aliment),le faire revenir à feu très vif. Faire sauter des pommes de terre. sauté.
II V. tr. (1527)
1Franchir en quittant le sol, par un saut. passer. Sauter un obstacle. « Le chamois éperdu saute les précipices » (Hugo). Par ext. Sauter le mur, le franchir par escalade pour s'échapper.
Fig. Sauter le pas (cf. Faire le saut).
2(1636) Passer sans s'y arrêter. omettre. Sauter un mot en lisant. « Dans un roman il faut se taire ou tout dire, surtout ne rien omettre, ne rien sauter » (Sartre). Sauter une réplique. oublier. Sauter une étape. brûler. Sauter un repas. Élève qui saute une classe.
3Loc. fam. (1914) La sauter : se passer de manger; par ext. avoir faim (cf. Crever de faim). « On la sautait : la collation à la caserne, on l'avait déjà dans les talons » (Aragon).
4(1803) Vx Cuire à feu vif. « Afin de pouvoir bien sauter ce mélange sans qu'il s'attache » (Brillat-Savarin)(cf. supra I, 8o, faire sauter, plus cour. ).
5Fam. Sauter qqn : avoir des relations sexuelles avec qqn. Tu l'as sautée ! Elle se fait sauter par X.
Arg. Arrêter.

sauter verbe intransitif (latin saltare) Quitter le contact avec un sol ou une surface : Sauter à pieds joints, à cloche-pied. Pratiquer l'exercice ou la discipline sportive du saut : Sauter à la corde. Sauter en parachute. Se laisser tomber dans le vide : Sauter par la fenêtre. S'installer sur ou dans un véhicule et démarrer avec une extrême rapidité : Je saute dans un taxi et j'arrive. Passer sans transition, ou directement, de quelque chose à quelque chose d'autre : Sauter d'emblée à la fin du chapitre. Être agité de mouvements brusques qui élèvent et font retomber : Voiture qui saute sur les cailloux. En parlant d'un phénomène lumineux, du vent, être affecté de brusques variations : Images d'un téléviseur qui sautent. Sortir brusquement de son logement : Les bouchons de champagne vont sauter. Fondre, en parlant de fusibles : Les plombs ont sauté. Exploser, en parlant de certains engins : Les artificiers ont fait sauter la bombe. Être détruit par un engin explosif : Faire sauter un pont. Être oublié, effacé, annulé, etc. : Une phrase a sauté à la frappe. Faire sauter une contravention. Faire faillite, en parlant d'une entreprise, en particulier d'un établissement bancaire. Familier. Être renvoyé, licencié : S'il y a une nouvelle direction, je suis sûr de sauter.sauter (citations) verbe intransitif (latin saltare) Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux Paris 1688-Paris 1763 […] Allons, saute, marquis ! Le Jeu de l'amour et du hasard, III, 9 sauter (expressions) verbe intransitif (latin saltare) Familier. Et que ça saute !, invitation à se dépêcher. Faire sauter, faire cuire à feu vif, avec une matière grasse, des viandes, des volailles ou des légumes. Familier. Sauter au plafond, sauter en l'air, réagir avec vivacité sous l'effet de la surprise, de la colère, de l'indignation ou d'une sensation intense. Sauter en selle, s'élancer sur un cheval sellé, sans mettre le pied à l'étrier. Familier. Se faire sauter la cervelle, se tirer une balle dans la tête. ● sauter (homonymes) verbe intransitif (latin saltare) sotte sautent forme conjuguée du verbe sauter saute forme conjuguée du verbe sauter sautes forme conjuguée du verbe sautersauter (synonymes) verbe intransitif (latin saltare) Se laisser tomber dans le vide
Synonymes :
- se précipiter
S'installer sur ou dans un véhicule et démarrer avec une...
Synonymes :
Être agité de mouvements brusques qui élèvent et font retomber
Synonymes :
- bringuebaler (familier)
Exploser, en parlant de certains engins
Synonymes :
- éclater
Faire sauter
Synonymes :
sauter verbe transitif indirect Se jeter vivement sur quelqu'un, un animal pour les capturer, les agresser : Un tigre qui saute sur sa proie. Se précipiter sur quelqu'un pour lui parler, le solliciter. Profiter d'une circonstance opportune : N'hésitez pas, sautez sur l'occasion.sauter verbe transitif Franchir un obstacle en faisant un saut : Cheval qui saute une haie. Passer quelque chose pour aller directement à ce qui suit : Sauter son tour. Sauter un échelon. Omettre quelque chose intentionnellement ou non : Sauter une phrase. Ne sautez aucun repas. Saillir, couvrir une femelle. ● sauter (expressions) verbe transitif indirect Sauter aux yeux, être bien visible, manifeste. ● sauter (homonymes) verbe transitif indirectsauter (expressions) verbe transitif Populaire. La sauter, être privé de nourriture et être très affamé. ● sauter (homonymes) verbe transitifsauter (synonymes) verbe transitif Omettre quelque chose intentionnellement ou non
Synonymes :

sauter
v.
rI./r v. intr.
d1./d Faire un saut, des sauts. Sauter par-dessus un mur. Sauter à pieds joints.
d2./d Se jeter dans le vide.
d3./d S'élancer (sur qqn, qqch). Le chien lui a sauté à la gorge.
Sauter au cou de qqn: V. cou.
|| Loc. fig. Sauter aux yeux: être manifeste, évident.
d4./d Passer sans transition (d'une chose à une autre). Sauter à la page 3.
Fig. Sauter d'une idée à une autre.
Loc. fig. Sauter du coq à l'âne, d'un sujet à un autre.
d5./d être envoyé brusquement en l'air. Faire sauter un bouchon.
|| Fig. Faire sauter qqn, lui faire perdre son poste.
d6./d Exploser, voler en éclats.
Faire sauter la cervelle à qqn, lui briser la tête d'un coup de feu.
|| Faire sauter les plombs, les faire fondre, causer un court-circuit.
d7./d CUIS Faire sauter de la viande, des légumes, les faire revenir à feu vif, avec un corps gras.
rII./r v. tr.
d1./d Franchir en s'élevant au-dessus du sol. Sauter une barrière.
|| Loc. fig. Sauter le pas: prendre une décision, après avoir longtemps hésité.
d2./d Omettre, passer. Sauter une ligne en recopiant.
Sauter une classe: être admis dans une classe supérieure (d'une école, etc.) sans passer par la classe intermédiaire.

⇒SAUTER, verbe
I. — Empl. intrans.
A. — 1. a) Se détacher un bref moment de l'endroit où l'on est par une brusque détente du corps et exécuter ainsi un déplacement pour franchir un espace ou un obstacle. Synon. bondir. Sauter sur un mur, par-dessus un fossé, du haut du perron; sauter en avant, en arrière, de côté. Des petites carpes longues comme un doigt sautent en l'air comme des chiquenaudes (RENARD, Journal, 1901, p. 682). Il fallait par moment sauter de pierre en pierre dans le lit même du ruisseau, en se tenant aux branches des buissons recourbés par-dessus (RAMUZ, A. Pache, 1911, p. 26).
b) Changer de position, d'un seul élan du corps, soudainement.
Sauter en pied(s) (vx). Se lever brusquement. Le voleur s'enfuit. « (...) Morbleu! Il laisse la porte ouverte! (...) Il faut que je me lève par le froid qu'il fait! Maudit voleur! » L'abbé saute en pied, va fermer la porte, et revient se remettre à son travail (CHAMFORT, Caract. et anecd., 1794, p. 96):
1. — Monsieur, lui dis-je, je vous demande pardon de vous éveiller; mais j'ai une sotte question à vous faire: seriez-vous bien aise de voir arriver ici une demi-douzaine de lanciers? Il sauta en pieds, et d'une voix terrible: — Qui vous l'a dit? me demanda-t-il.
MÉRIMÉE, Carmen, 1845, p. 15.
Sauter sur pied, sur ses pieds. Un coq éclate bientôt en fanfares, (...) tout le monde saute sur pied (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 21). Un cri rauque: les Français font un bond en arrière, les Alsaciens sautent sur leurs pieds et se mettent au garde-à-vous (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 259).
c) Sauter en, dans, sur. S'installer d'un bond. Sauter en croupe, en selle; sauter dans le lit. Sauter en marche. Monter après le démarrage. Le tramway démarre au pas. Je prends ma course. Hop! Je saute en marche (DUHAMEL, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 116).
Sauter à pieds joints (dans). V. joint part. passé II A 2.
Sauter (de). Descendre, quitter d'un bond, précipitamment. Le marquis saute du lit, prend ses pistolets (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1818, p. 95). [Le cavalier] saute à terre et se jette dans le fossé, un bras replié devant le visage, l'autre main tenant les rênes de sa jument (Cl. SIMON, Les Géorgiques, 1981, p. 61). Sauter en marche. Descendre avant l'arrêt. Pop. ,,Pratiquer le coïtus interruptus`` (CELLARD-REY 1980). Ça fait quatre ans qu'il saute en marche, je le comprends (J. CORDELIER, La Dérobade, 1976, p. 88, ds CELLARD-REY 1980).
d) Réagir vivement sous l'effet d'un choc émotif. Synon. sursauter, faire un bond. Sauter au coup de sonnette. Un coup de marteau retentit à la porte de la maison, et y fit un si grand tapage que les femmes sautèrent sur leurs chaises (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 47). — Voilà, dit enfin Bordenave. Une idée nous est venue... Surtout, ne sautez pas. C'est très sérieux... Qu'est-ce que vous pensez de Nana dans le rôle de la duchesse? (ZOLA, Nana, 1880, p. 1341).
Au fig., p. hyperb. Sauter aux nues. V. nue B 1 b. Sauter au plafond (fam.). V. plafond I A 1. Sauter au plancher (plancher au sens vieilli de « plafond »). Cette belle réponse a fait sauter Delaborde au plancher, et il s'est écrié tout en colère: « Que diable, vous voulez donc avoir votre père pour aide de camp? » (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 48).
2. a) [Le suj. désigne certains oiseaux, certains animaux] Se déplacer au sol par des bonds successifs. Synon. sauteler (vieilli), sautiller. Le kangourou saute par bonds précis et élastiques tout le long de son allée (RENARD, Journal, 1902, p. 742).
b) Faire une série de bonds. Synon. cabrioler, gambader. Le chien trottant, sautant, virant autour d'elle, faisait dix fois le chemin (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 33).
P. anal. [En parlant d'une pers.] Sauter comme un cabri. Brulart surtout ne se possédait pas de joie; il sautait, gambadait, tonnait, ravi de voir la réussite de sa ruse... (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 22):
2. Lesable tenait à deux mains la rampe de fer, buvant l'air comme on boit du vin, avec une envie de sauter, de crier, de faire des gestes violents, tant il se sentait envahi par une joie profonde et triomphante.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 486.
♦ [Avec un compl. en de désignant un affect] Madame de Chasteller se promenait dans sa chambre, presque en sautant de joie (STENDHAL, L. Leuwen, t. 2, 1835, p. 23).
c) P. hyperb. Se précipiter. Sauter chez qqn. En apprenant la mort du petit Doucet, ce matin, j'ai sauté dans le premier train et n'ai fait qu'un bond jusqu'ici (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 70). Il avait juste ensuite le temps de sauter à la gare d'Orsay et de prendre le train pour la Dordogne (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 378).
Fam. Et que ça saute! [Exhortation à exécuter immédiatement un ordre] Tes papiers, hurla-t-il [l'agent], et que ça saute! (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 232).
3. S'élancer vers le bas, dans le vide. Alors ils [les Chinois] ont commencé à se jeter par les fenêtres. Et tu as à Singapour des touristes (...) qui attendent, dans l'espoir qu'il y aura un petit Chinois qui va sauter (R. GARY, La Nuit sera calme, 1974, p. 173).
Sauter en parachute. Il avait sauté en parachute dans des conditions désastreuses, en pleine vitesse (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p. 274).
Sauter dans le vide. P. métaph. Les savants sont obligés de sauter chaque fois dans le vide en créant un matériel mental nouveau (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, p. 202).
4. a) Exécuter des sauts par jeu ou par pratique sportive. Sauter à la corde (v. ce mot I D 2); sauter à cloche-pied. Sur l'asphalte, des petites filles avaient dessiné à la craie des carrés bien égaux, avec des noms écrits: Europe, Asie, Amérique, et jouaient et faisaient leurs jeux, criant et sautant sur un pied (RAMUZ, A. Pache, 1911, p. 178).
b) Pratiquer un saut de l'une des disciplines de l'athlétisme ou de la gymnastique. Sauter à la perche, en hauteur, en longueur.
c) ÉQUIT. [Le suj. désigne le cavalier ou le cheval monté] Franchir un obstacle. Le cheval monté sautera d'abord au trot (HENRIQUET, L'Équitation, 1972 ds PETIOT 1982).
5. a) Vieilli. Danser, participer à une sauterie. Malgré le carême l'on sautera à la Chaussée d'Antin, l'on dansera au Marais; il y aura des bals au faubourg Saint-Germain et des raouts au faubourg Saint-Honoré (La Mode, 1830, II, p. 215 cité par A.-J. GREIMAS, Nouv. datat. ds Fr. mod. t. 20 1952, p. 306). Si vous dansez à Madrid, nous sommes en fêtes à Paris. Jamais je n'ai vu tant sauter (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, t. 1, 1845, p. 115).
b) Danser sans grâce, en se démenant. Elle sauta toute la nuit, au son furieux des trombones; on faisait cercle autour d'elle (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 143). On n'y vide plus de chopes, on n'y fait plus sauter les dames au son de l'accordéon (MORAND, New-York, 1930, p. 77).
Rem. Ces accept. ont pour orig. l'oppos. hist. entre les danses « sautées » du peuple et les danses « glissées » de l'aristocratie, comme le montre cet énoncé: Puis le bal s'ouvrit dans les salons, tandis qu'au dehors villageois et villageoises sautaient sous la ramée au son de la cornemuse (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 103).
6. Au fig.
a) Passer d'un sujet à un autre, d'une idée à une autre, sans transition, sans lien logique. Synon. papillonner. Mme Valavert était très animée; un peu nerveuse même, et volubile. Elle sautait d'un propos à l'autre (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 209). Mon esprit qui fut toujours trop mobile sautait avec ravissement d'un sujet à l'autre (GREEN, Journal, 1942, p. 233).
Sauter du coq-à-l'âne. V. ce mot ex. de Jouy.
En partic. Écouter la radio, regarder la télévision, en passant d'un poste à un autre, d'une chaîne à une autre. Synon. zapper:
3. J'ai tourné le bouton de la télévision; je m'amusai à sauter d'un poste à un autre, entremêlant films, comédies, aventures, bulletins d'information, drames policiers, histoires fantastiques.
BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 526.
b) Omettre certains éléments d'une série, d'un ensemble ordonné. Et n'aie souci, dans ce travail, de la vérité chronologique de la fabrication. Saute sur des détails, peu importe (FLAUB., Corresp., 1852, p. 81).
7. [Suj. désignant l'inanimé]
a) MAR., MÉTÉOR. [Le suj. désigne le vent] Changer brusquement et fortement de direction. Le vent saute tout à coup du bon côté, et pour cette fois termine tous nos embarras, en nous conduisant dans la rade des dunes, où nous jetons l'ancre (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 528).
b) [Le suj. désigne un processus ou une valeur] Varier en intensité, très brusquement. Il avait forcé le succès (...), le capital sautant de vingt-cinq, à cinquante, à cent, à cent cinquante millions, dans une progression qui semblait annoncer une miraculeuse prospérité (ZOLA, Argent, 1891, p. 261). La production mondiale [d'acier] avait sauté de 4 274 000 tonnes en 1880 à 28 342 000 en 1900 et à 75 millions en 1913 (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p. 298).
c) [Le suj. désigne les yeux, le regard] Être mobile, instable. Deux yeux clairs espèrent et sautent (...). Tout un corps qui s'ébranle ainsi qu'un arbre qu'on abat, se penche (ARAGON, La Défense de l'infini, 1986 [1926], p. 221).
d) [Le suj. désigne une flamme, une image lumineuse] Synon. danser, vaciller. Flamme, image qui saute. J'allumais l'œil de la télé (...). La scène sautait comme il arrive à la pupille (ARAGON, Blanche ou l'oubli, 1971 [1967], p. 87).
B. — 1. Se jeter sur un animal, une personne pour l'agresser. Synon. bondir.
a) Sauter sur (+ subst. désignant un être vivant). Sauter sur sa proie. Saisi de rage (...), il sauta sur son ennemi la pointe du couteau de chasse en avant (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 178). Mais voilà que, tout à coup, la sainte rage me prit; je sautai sur lui, l'empoignai (GIDE, Si le grain, 1924, p. 409).
Sauter dessus
♦ [Avec compl. pronom. désignant le destinataire] Lui (leur, te,...) sauter dessus. Ne tourne jamais le dos à un chien, il te sautera dessus (BERNANOS, Crime, 1935, p. 806).
Au fig., fam. Faire des avances pressantes. Elle te saute dessus, elle fait des frais pour te conquérir (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 218).
En empl. pronom. réciproque. Se sauter dessus. Se battre. [Les touristes] avançaient lentement, retardés par les discussions des deux savants toujours en querelle, prêts à se sauter dessus (A. DAUDET, Tartarin Alpes, 1885, p. 211).
b) Sauter à, sur (+ subst. désignant une partie du corps, avec un compl. de n. ou un pron. désignant le destinataire). Sauter sur le dos de qqn. Nous franchîmes des terrains enclos, et tous les chiens de garde nous sautaient aux jambes en nous poursuivant (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 67).
Loc. verb. (au sens de « attaquer »). Sauter sur le paletot, sur le râble (v. râble2).
Sauter au chignon (pop., fam.). Quand elle aperçut Nana le nez en sang, étranglée de sanglots, elle faillit sauter au chignon de la concierge (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 521).
Sauter à la gorge. V. ce mot I A 2 b. Empl. pronom. réciproque. Se battre. Parfois [des ouvriers] se sautent à la gorge pour une affaire d'apéritif ou de femme (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 23).
Sauter au visage. J'allais ouvrir. Une femme me sauta au visage, me bouscula, entra et pénétra dans mon atelier (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Modèle, 1883, p. 425).
Au fig. [Avec suj. de l'inanimé]
Sauter à l'œil, aux yeux. Être évident. Les défauts de M. Delacroix sont parfois si visibles qu'ils sautent à l'œil le moins exercé (BAUDEL., Salon, 1846, p. 130). [En constr. impers.] Mais quoique nous n'ayons pas une connaissance certaine de l'imposition respective des ordres, il saute aux yeux que le tiers en supporte plus de la moitié (SIEYÈS, Tiers état, 1789, p. 44).
P. anal. Sauter à l'esprit, à l'oreille. Cela reste subtil et ne saute pas à l'esprit (GIDE, Journal, 1931, p. 1092). [Ces objets sonores] vous sautaient à l'oreille sans idée préconçue (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 42).
Sauter au visage. Faire une brusque impression, comme un coup porté au visage. Le portrait de Rodolphe lui sauta en plein visage, au milieu des billets doux bouleversés (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 206). Il s'arrête [de lire]. Ses yeux se brouillent; le passé lui saute au visage... (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 306).
2. Sauter sur qqc. S'élancer pour s'emparer de. Synon. se jeter sur. Si une feuille du parquet vient à crier, il saute sur ses pistolets et croit à un libéral caché sous son lit (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 93).
Au fig. S'emparer ou accepter sans attendre. Synon. se jeter, se précipiter. Sauter sur une offre, une proposition. Il y a toujours des journalistes pour sauter sur des histoires comme ça (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 436). Sauter dessus. Coquin de sort! C'est une grosse commande, il faut sauter dessus! (PAGNOL, Marius, 1931, I, 4, p. 42).
Sauter sur l'occasion. Profiter sans délai d'une circonstance favorable. Tout ce qu'il demande, c'est à faire parler de lui: il sautera sur l'occasion (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 551).
3. Sauter au cou de qqn. Se précipiter pour l'embrasser. V. cou A 1.
II. — Empl. trans.
A. — 1. Franchir (un obstacle) en faisant un bond. Sauter un fossé, une haie; sauter vingt mètres.
Locutions
Sauter le fossé (vieilli). Même sens que sauter le pas (infra). V. fossé ex. 3 et 4.
Sauter le mur (fam.). Sortir sans permission. V. mur A 3 ex. de Gracq.
Sauter le pas. Accomplir un acte qui engage dans une voie radicalement nouvelle, irréversible. En tout cas, je viens de sauter le pas. Maintenant, c'est fini et je ne pourrai plus m'arrêter, ni revenir en arrière (CAMUS, Requiem, 1956, 2e part., 4e tabl., p. 866). V. pas2 II B 2 ex. de Sainte-Beuve et Morand. Sauter le pas. Mourir. Enfin, quoi! dit le malade; j'ai été caporal au 3e de ligne à Montmirail. Je sais bien qu'il faut sauter le pas, mais on n'aime pas à être empoisonné (STENDHAL, L. Leuwen, t. 2, 1835, p. 362).
2. a) Omettre, en prononçant, en écrivant, ou en lisant, des éléments d'un énoncé ou d'un texte. Sauter un mot, une ligne. Sa façon créole de sauter les r est assez exquise (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1911, p. 302).
b) S'abstenir de lire certains passages ou certaines parties d'un texte. Il était pudibond à l'excès. Nous sautions des pages entières de Télémaque, comme contraires aux bonnes mœurs (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 71).
c) Omettre, dans un propos, dans un récit, certains faits, certaines circonstances. Je vous dis tout; mais peut-on tout dire et ne sauter aucun détail des misères intérieures? (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1838, p. 355).
3. Omettre certaines phases d'un cycle, certains éléments d'une série. Sauter une classe, une étape, un repas, son tour. Toutefois, les élèves bien doués et en avance dans leurs études peuvent « sauter » soit le cours préparatoire proprement dit, soit le cours moyen 1re année (Encyclop. éduc., 1960, p. 103). [Avec suj. de l'inanimé] Il se croyait indemne des tares physiologiques de la famille; mais la pensée même que l'hérédité sautait parfois une génération, et que, chez un fils né de lui, les désordres des aïeux pouvaient reparaître, ne l'arrêtait pas (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p. 100).
4. SPORTS (course). Sauter qqn. Dépasser brusquement un coureur à pied dans la foulée duquel on se tenait. Je l'attaque aux 200 mètres et le « saute » aisément (L'Auto, 30 nov. 1931 ds PETIOT 1982). [En parlant d'un coureur cycliste] Mais à hauteur de son pédalier, il sent qu'un nouveau rival regagne inexorablement du terrain. « D'où sort-il, celui-là? Il va me sauter? Non. Non » (Jeux et sports, 1967, p. 1530).
B. — 1. Vieilli. Exécuter (une danse). Sauter la bourrée. Cette mélancolie [des femmes écossaises] est surtout séduisante au bal où elle donne un singulier piquant à l'ardeur et à l'extrême empressement avec lesquels elles sautent leurs danses nationales (STENDHAL, Amour, 1822, p. 158):
4. J'ai vu une fois un magistrat respectable, un homme honorable, comme disent d'eux-mêmes les gens du monde, un de ces hommes dont la gravité artificielle impose toujours, au moment où le hachish fit invasion en lui, se mettre brusquement à sauter un cancan des plus indécens.
BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 341.
2. Pop. La sauter. Avoir faim. Il avait employé sa matinée à des enquêtes dont il me présenta les conclusions: — Rien à boire ni à bouffer. Ils la sautent, comme on ne l'a peut-être jamais sautée (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 37). Slick: — Quand on la saute, mon pote, c'est pas avec sa tête qu'on pense (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 3, p. 97).
C. — Arg. Arrêter quelqu'un par surprise. Les condés qui les avaient sautés [les Chinois] avaient ramené pas mal de preuves (LE BRETON, Razzia, 1954, p. 210).
D. — 1. Rare. Saillir. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Pop. Posséder une femme. Synon. baiser1. Y a que les cognes qui sont bien reçus ici, approuve un autre. Ils sautent la patronne, tu comprends, comme ça elle est parée pour les contraventions (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 106). Quand une fille est sérieuse, tu peux toujours courir pour la sauter (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 150).
III. — Empl. factitifs
A. — [Sans l'auxil. faire] ART CULIN. Faire cuire (un aliment) en remuant vivement la poêle. Et on y jette de temps en temps un peu de beurre frais, afin de pouvoir bien sauter ce mélange sans qu'il attache (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 340). Sautez ces pommes avec deux onces de beurre fin (Gdes heures cuis. fr., Carême, 1833, p. 149).
B. — [Avec l'auxil. faire] Qqn1/qqc.1 fait sauter qqc.2 (dans, sur qqc.3); qqc.2 saute (dans, sur qqc.3)
1. a) Qqn1 fait sauter qqc.2 (dans, sur qqc.3). Imprimer un mouvement de bas en haut à des choses qui reposent sur une surface, qui sont rattachées à une masse. Faire sauter des crêpes dans une poêle. Tout en m'abandonnant à des rêveries incohérentes, je fais sauter les bijoux dans ma main (MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 126). Et les jeunes hommes musculeux, et les jolies filles souples, la chemise nouée au col et les bras nus, faisaient sauter le grain avec de beaux gestes équilibrés (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 145).
ART CULIN. Faire sauter (des pommes de terre, des rognons). Faire cuire en remuant vivement. (Dict. XXe s.).
[Qqc.1 désigne la cause] Il y eut dans le café des regards furieux, des attitudes méprisantes, des injures et des vociférations avec des coups de poing sur les tables qui faisaient sauter les canettes (FLAUB., Bouvard, t. 2, 1880, p. 183).
b) Qqc.2 saute. Être ballotté, agité. Synon. tressauter. La barque sautait et roulait dans le raz de Sein (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 45). Des bijoux de couleur vive sautaient à son cou et à ses bras (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 245).
♦ [Le suj. désigne le corps ou une partie du corps] Être agité de tremblements. Le corps de l'enfant, sillonné par des décharges nerveuses, sautait sous les draps (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 616). Sa bouche sautait au-dessous de ses yeux de lapin (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 70).
[Le suj. désigne le cœur, le pouls] Battre fortement. Catherine délia le cordon et ouvrit. Moi j'étais derrière et mon cœur sautait, sautait; j'avais peur en ce moment que la montre ne fût pas assez belle (ERCKM.-CHATR., Conscrit 1813, 1864, p. 19). [Avec pron. datif] Le cœur lui sautait dans la poitrine comme une bête dans un sac (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 103).
MAR. Sauter sur la vague. ,,Faire des tangages courts et fréquents`` (BONN.-PARIS 1859).
2. a) Qqn1 fait sauter qqc.2 (de qqc.3 hors de qqc.3). Faire sortir une chose du logement dans lequel elle est retenue. [Il] faisait sauter avec un couteau les petites plaques de gazon restées collées entre les crampons (Cl. SIMON, Histoire, 1973 [1967], p. 264). [Avec pron. datif] Synon. de arracher. On a eu tort de laisser l'ancienne moulure. — Tu trouves? — Je pouvais te la faire sauter... et te la remplacer par une autre (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 287).
P. ext. Projeter une chose à distance, en donnant un coup. Synon. faire valser (fam.), envoyer dinguer (pop.). Le maître d'hôtel, passant entre les épaules des convives les plats tout découpés, faisait d'un coup de sa cuiller sauter pour vous le morceau qu'on choisissait (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 55).
Au fig., fam. Faire sauter l'argent, les écus. Dilapider. Synon. faire danser, faire valser (fam.). Il se consolait de son beau-père en faisant sauter ses écus (SANDEAU, Sacs, 1851, p. 38). C'est ici l'endroit redouté des mères, l'endroit effroyable où les fils mineurs font sauter l'argent gagné par leurs pères, et rognent la dot promise à leurs sœurs (MEILHAC, HALÉVY, Vie paris., 1867, V, 5, p. 109).
b) Qqc.2 saute. Être éjecté, projeté. La courroie a sauté. La combinaison choisie (vitesse) ne tient pas, elle « saute » (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 353).
3. a) Qqn1 fait sauter qqc.2. Faire éclater, briser en portant un coup. Faire sauter un cadenas, une serrure. Des pierres, des bâtons, font sauter les vitres en éclats (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 378).
Faire sauter (le caisson (pop.), la cervelle (fam.), la tête de qqn). Tuer en frappant ou en tirant un coup de feu à la tête. V. caisson A 1 b ex. de Borel et cervelle I A ex. de Van der Meersch. Empl. pronom. réfl. Se suicider. Ce que j'ai de mieux à faire, continua-t-il à demi-voix et se parlant à lui-même, c'est, je crois, d'aller au fond de la rivière ou de me faire sauter la cervelle (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 163).
Faire sauter le carcan (au fig.). Libérer:
5. Et je revendique, ce faisant, le droit de briser avec le sens usuel du langage, de rompre une bonne fois l'armature, de faire sauter le carcan, d'en revenir enfin aux origines étymologiques de la langue qui à travers des concepts abstraits évoquent toujours une notion concrète.
ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p. 121.
ÉLECTR. Faire sauter les plombs. Provoquer un court-circuit. Après, je suis remontée dans ma chambre et je me suis fait du thé sur mon réchaud électrique. Je le cache parce qu'il fait sauter les plombs une fois sur trois (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 58).
b) Qqc.2 saute. Éclater, être brisé. Tac! le tube de ma lampe vient de sauter ou plutôt de se fendre (AMIEL, Journal, 1866, p. 338). Mais sous la main vigoureuse d'Ayrton, le cadenas sauta et la porte fut ouverte (VERNE, Île myst., 1874, p. 435).
Les plombs sautent. V. plomb II B 10.
4. a) Qqn1 fait sauter qqc.2. Détruire avec une charge explosive. Faire sauter les rochers, les ponts à la dynamite. P. métaph. Nom de Dieu, il y a là de quoi faire sauter le monde en mille morceaux (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 324). [Qqc.1 désigne la charge explosive] On devait les considérer [les clubs des Jacobins] comme la mine souterraine toujours prête à faire sauter les institutions existantes, quand l'occasion s'en présenterait (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 313).
Faire sauter en l'air (au fig., vieilli). Appliquées au faible trône des Bourbons, elles [les Ventes] pouvaient le faire sauter en l'air (CHATEAUBR., Congrès Vérone, t. 1, 1838, p. 249).
[Qqc.2 désigne l'engin explosif] Faire sauter une mine, un obus. Faire exploser. (Dict. XXe s.).
b) Qqc.2 saute. Être détruit, exploser. La batterie anglaise vient de sauter (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 250). [Le tank] a sauté sur une mine et s'est mis à brûler (B. VIAN, Les Fourmis, Paris, Union gén. d'éd., 1984 [1949], p. 11).
Sauter en l'air (vieilli). La goëlette trembla dans sa membrure au bruit d'une épouvantable détonation. (...) C'était cette pauvre Catherine qui sautait en l'air (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 22).
[Qqc.2 désigne l'engin explosif] La mine magnétique, qui saute lorsqu'on passe dans son voisinage sans avoir besoin de la toucher (LE MASSON, Mar., 1951, p. 54).
5. Au fig.
a) Faire sauter la banque. La mettre dans l'impossibilité de payer, la mettre en faillite. Treize rouges de suite! Sans toi, je faisais sauter la banque (JOUY, Hermite, t. 3, 1813, p. 102). C'est une vieille joueuse (...). Elle a fait sauter la banque de Bade l'année dernière (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 483).
La banque saute. [Les casinos] savent mettre en scène tout ce qui peut encourager le public à tenter « sa chance »: quand la banque « saute », les administrateurs savent prendre un air consterné (Jeux et sports, 1967, p. 490).
♦ [Le suj. désigne un banquier, un financier] Cette fois, on se demandait comment il allait faire pour payer, et s'il ne sauterait pas du coup (A. DAUDET, Jack, t. 2, 1876, p. 16). Pierre Gavarni parlait des peintres qu'on lui avait annoncés comme devant prochainement sauter, l'expression consacrée pour la ruine des agents de change (GONCOURT, Journal, 1884, p. 347).
b) Faire sauter une personne. Contraindre une personne à abandonner un poste de responsabilité, à se démettre de ses fonctions.
Qqn saute. Quelqu'un perd sa place, est évincé. — Si vous sautez, je ne serai jamais chef de bureau, dit froidement M. Marneffe (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 253). Quand la Chambre saura tout ce qui se passe là-dedans, le ministre sautera du coup (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 344).
c) Faire sauter une contravention. La faire supprimer. (Dict. XXe s.).
d) JEUX DE CARTES. Faire sauter la coupe. Remettre subrepticement les cartes dans l'ordre où elles étaient avant la coupe. Il y eut dans Munich comme une épidémie de scandales. On vit successivement une chanoinesse enlever un baryton, le doyen de l'Institut épouser une danseuse, un conseiller aulique faire sauter la coupe (A. DAUDET, Contes lundi, 1873, p. 70).
Faire sauter la carte. Ne pas distribuer la carte qui se trouve au-dessus du paquet. Un galant homme ne marque pas les points qu'il n'a pas et ne fait sauter la carte qu'au jeu du Roi (FRANCE, Rôtisserie, 1893, p. 205).
Prononc. et Orth.:[sote], (il) saute [so:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Verbe intrans. A. 1. a) 1181-90 « s'élancer en l'air, soit pour retomber au même endroit, soit pour franchir un espace » (CHRÉTIEN DE TROYES, Graal, éd. F. Lecoy, 8261); b) ca 1480 « exécuter une certaine sorte de saut comme exercice acrobatique » (G. COQUILLART, Monologue du Puys, 70, éd. M. J. Freeman, p. 304); c) 1538 « danser » (EST.); d) 1678 man. sauter de ferme à ferme (GUILLET, 1re part., p. 115, s.v. ferme); 1765 sauter entre les piliers (Encyclop.); 1855 sauter un obstacle (Le Sport, 29 mars ds PETIOT 1982); e) 1909 gymn. sauter en longueur (L'Auto-vélo, 29 mars, ibid.); 2. a) fin XIVe s. « s'élancer vivement d'un endroit à un autre » (FROISSART, Chroniques, éd. L. Mirot, t. 12, pp. 178-179); b) av. 1506 sauter sur qqn « attaquer » (FENIN, 1417 ds LITTRÉ); 1538 sauter au col à qqn (EST.); 1549 sauter au col de qqn (ibid.); 1548 sauter au colet de qqn (N. DU FAIL, Baliverneries d'Eutrapel, éd. G. Milin, 24, 331); 1604 sauter à la gorge de qqn (MONTCHRESTIEN, Les Lacènes, p. 183 ds IGLF); 1651 sauter aux yeux de qqn (SCARRON, Roman comique, II, 7 ds LITTRÉ); 3. a) ) XVe s. « passer sans transition d'un sujet à un autre » sauter du coq à l'asne, v. coq; ) 1660 « passer brusquement d'un endroit à un autre » (MOLIÈRE, Les Précieuses, préf.); spéc. 1694 « passer d'une place inférieure à une place plus élevée sans passer par celle du milieu » (Ac.); b) mus. ) 1705 chant (BROSSART, p. 100: en Sautant. C'est quand le Chant ne va point par degrez conjoints, ou quand entre chaque Notte il y a Intervalle); ) 1768 instrument à vent (ROUSSEAU, p. 423: On fait sauter le Ton); 4. 1579 « manifester de façon apparente ce qu'on éprouve » sauter d'allegresse (R. GARNIER, La Troade, 329, II, p. 93 ds IGLF); 1784 sauter aux solives (DIDEROT, Est-il bon? Est-il méchant? p. 255); 1808 sauter au plancher (HAUTEL); 1851 sauter au plafond (DUMAS père, Cte de Morcerf, I, 2, p. 25); 5. a) 1732 « détruire, tuer par une explosion » (LESAGE, Aventures du Chevalier de Beauchêne, p. 125: allions mettre devant lui le feu à notre prise, et faire sauter avec elle soixante hommes); b) 1800 « perdre sa place » (LEMERCIER, Pinto, II, 12, p. 70: Les Bragance, les Villarial, les Aveiro sauteront et leurs partisans iront travailler aux mines); 1876 « faire faillite » (ZOLA, E. Rougon, p. 17); c) empl. pronom. 1833 se faire sauter (MUSSET, Rolla, p. 7); 6. 1839 fig. « saisir avec empressement ce qui se présente » (BALZAC, Corresp., p. 584: je saute sur votre offre). B. 1. a) 1530 « être animé par un mouvement brusque, saccadé » (MAROT, IV, 65 ds LITTRÉ); 1579 fig. (LARIVEY, Morfondu, I, 2 ds IGLF: le cœur me saute d'allegresse); b) 1870 mar. sauter sur la lame (LITTRÉ); 2. a) 1580 « voler en éclats; exploser » (B. PALISSY, Disc. adm., p. 188 ds IGLF: le feu, l'aër et l'eau n'eussent ils pas [...] fait sauter a dextre et a senestre les canaux et voutes, par lesquelles lesdites eaux passent); 1587 faire sauter (LANOUE, Disc., p. 602 ds GDF. Compl.); b) 1680 faire sauter la cervelle à qqn (RICH., s.v. cervelle); 1833 faire sauter le caisson (BOREL, Champavert, p. 217); 3. a) 1580 « être projeté avec plus ou moins de force hors de son emplacement » (B. PALISSY, op. cit., p. 386: les esclats desdits cailloux sautoient contre ma besongne, l'esmail [...] print lesdits cailloux); b) 1614 faire sauter la teste a qqn (BRANTOME, Grant capit., I, XXVII, Œuvres, II, 161 ds GDF. Compl.); 1694 faire sauter un œil (Ac.); c) jeu 1721 billard faire sauter une bille (Trév.); 1834 cartes faire sauter la coupe (LAND.); d) 1735 faire sauter la serrure (MOUHY, La Paysanne parvenue, t. 2, p. 310); 1824 faire sauter la porte (BALZAC, Annette, t. 3, p. 32); 4. a) 1663 sauter aux yeux « être manifeste » (MOLIÈRE, L'Impromptu, 1); b) 1690, 5 févr. id. « frapper la vue tout à coup » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 3, p. 830); 5. 1678 mar. « changer brusquement de direction en parlant du vent » (GUILLET, 3e part.); 6. 1690 faire sauter un mauvais lieu « fermer » (FUR.); 7. 1740 jeu faire sauter la banque (J. DE VARENNE, Mémoires du Chevalier de Ravanne, t. 1, p. 203); 8. 1767 cuis. faire sauter un mets (Dict. portatif de cuis.); 9. 1912 et que cela saute! (d'apr. ESN. 1966). C. 1617 faire sauter « voler, dérober » (D'AUBIGNÉ, Faeneste, III, 1 ds GDF. Compl.). II. Verbe trans. 1. fin XVe s. « franchir en se lançant en l'air » sauter ung sault (Galien rethoré, KOSCHWITZ, Sechs Bearbeit. von Karls des Grossen Reise, p. 122, ibid.); 1622 sauter les murailles (Caquets de l'Accouchée, 2e journée, II, 90 ds IGLF); 1694 sauter les fenêtres (Ac.); au fig. a) 1611 saulter le baston (COTGR.); b) 1716 « prendre un parti hasardeux après avoir beaucoup hésité » (DESTOUCHES, Triple Mariage, 578 ds IGLF); c) 1789 sauter le pas « mourir » (Harangue des dames de la Halle, aux citoyens du fauxbourg Saint-Antoine, p. 4 ds QUEM. DDL t. 32); 2. a) 1636 « omettre quelque chose en lisant » (MONET); b) 1690 « passer un degré dans une série » (FUR.); c) 1916 la sauter « se passer de nourriture » (Fantasio, 15, 10 ds ESN. Poilu 1919, p. 315); 3. a) 1765 « couvrir une jument (en parlant d'un étalon) » (Encyclop.); b) 1922 sauter une femme (A. DAUZAT ds R. Philol. fr., p. 169); 4. 1772 pêche sauter un baril de morues, de harengs (DUHAMEL DU MONCEAU, Traité gén. des pêches); 5. 1812 cuis. (BOISTE). Du lat. saltare « danser », puis « sauter », sens pris à salire, dont il est dérivé. Fréq. abs. littér.:5 331. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 559, b) 9 144; XXe s.: a) 9 372, b) 8 236.
DÉR. Sautage, subst. masc. a) Technol. Action de faire sauter (une roche) à l'explosif. L'emploi des explosifs pour le sautage des roches (...) a permis d'exploiter économiquement des mines (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 306). Le trou de mine étant préparé, si le sautage doit être opéré au moyen de la poudre ordinaire, on le charge en plaçant au fond du trou et sur un tiers environ de sa hauteur, des cartouches contenant ordinairement de 100 à 150 grammes de poudre (BOURDE, Trav. publ., 1928, p. 108). b) Arg., vx. ,,Vol qui se commet en sautant sur les voitures`` (Dict. arg., 1847, p. 253). Voler et sauter à terre. Ils font le Sautage sur le grand Trimard pendant la Sorgue (ANSIAUME, Arg. du bagne de Brest, 1821, f ° 15 r °, § 432 ds QUEM. DDL t. 3). []. 1res attest. a) ) 1730 pêche (SAVARY), ) 1772 « action de faire exploser » (DUHAMEL DU MONCEAU, Traité gén. des pêches), 1865 sautage des mines (Presse scientifique, t. 2, p. 250 ds LITTRÉ), b) arg. 1821 « action de voler » (ANSIAUME, loc. cit.); de sauter, suff. -age.
BBG. — QUEM. DDL t. 31, 34 (s.v. sauter à la corde).

sauter [sote] v.
ÉTYM. XIIe; lat. saltare « danser », de saltum, supin de salire « sauter », et qui a repris ce sens en lat. populaire.
———
I V. intr.
1 (Personnes; animaux). Quitter le sol, abandonner tout appui pendant un instant, par un ensemble de mouvements ( Saut); franchir un espace ou un obstacle de cette façon. Bondir, élancer (s'). || Sauter en l'air; sauter haut (cit. 92). Élever (s'). || Sauter à cloche-pied (→ Frotteur, cit.), à pieds joints… Pied (cit. 19). Fig. || Sauter à pieds joints par-dessus les difficultés.Se fouler (cit. 12) le pied en sautant.
Par métaphore ou fig. Manifester par une réaction physique apparente (saut, sursaut, etc.) ce qu'on éprouve.Sauter de, à cause de…Sauter d'aise (cit. 19), de joie (→ Légion, cit. 8), et fig. manifester sa joie avec pétulance.Sauter de colère. Trépigner. — ☑ Loc. Sauter comme des cabris (cit. 1). Cabrioler (cit. 1). — ☑ Loc. fig. (Avec un compl. de lieu). Sauter aux nues, sauter au plancher (d'impatience). — ☑ Sauter au plafond : entrer brusquement dans une violente colère ou éprouver une très vive surprise. — ☑ (Déb. XIXe). Sauter en l'air (d'étonnement, de joie…).
1 Perrette, là-dessus, saute aussi, transportée.
Le lait tombe : adieu veau, vache, cochon, couvée.
La Fontaine, Fables, VII, 10.
2 (…) elle ne pouvait plus résister à l'instinct pétulant de ses inclinations dansantes, et (…) elle sautait sur elle-même avec une élasticité incroyable (…)
Charles Nodier, Contes, « La Fée aux miettes », XI.
3 Pablo s'était arrêté sur l'avant-dernière marche; il fléchit les genoux et sauta à pieds joints sur le trottoir (…)
Sartre, le Sursis, p. 182.
Allus. || « Allons, saute, Marquis ! ». Marquis (in fine).
S'élancer d'un lieu élevé vers le bas (par un effort, une détente, à la différence de tomber, se laisser tomber). || Sauter par la fenêtre, dans le vide, dans l'eau. Jeter (se).
4 Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes (…)
La Fontaine, Fables, II, 14.
5 (…) la rage de sauter peut gagner : voyez les moutons de Panurge (…)
Beaumarchais, le Mariage de Figaro, IV, 6.
Sauter en parachute.
Effectuer un saut de danse (→ Castagnette, cit. 1; danse, cit. 8).Faire un saut acrobatique. || Sauter sur les mains (→ Acrobatie, cit. 1).Corde à sauter. || Sauter à la corde (cit. 4). → Sauteur, cit. 2.1. — Effectuer un saut athlétique spécifique. || Sauter en hauteur, en longueur, à la perche. || Prendre son élan pour sauter.
Loc. fig. Reculer pour mieux sauter.
(1672; en parlant des animaux). Faire un ou plusieurs sauts, qu'il s'agisse d'un bond exceptionnel (comme chez l'homme) ou d'une progression normale ( Marcher, sautiller; saltigrade). → Gerboise, cit.; inondation, cit. 6; pie, cit. 2. || Des chevaux sautaient, caracolaient (cit. 1). → Futur, cit. 7. || Carpes qui sautent dans l'eau.Écureuil (cit. 2) qui saute de branche en branche (→ aussi En, cit. 39).
6 Marius (…) revint s'asseoir sur son banc où il passa quatre heures à regarder sauter dans l'allée les moineaux francs qui lui faisaient l'effet de se moquer de lui.
Hugo, les Misérables, III, VI, V.
Loc. Sauter comme une carpe : avoir des sursauts, des mouvements brusques (dans la position allongée). → Insomnie, cit. 4.
2 (XIVe). Avec un compl. prépositionnel. Monter, descendre, se lever… vivement. || Sauter sur un cheval (→ Folâtre, cit. 3), sur sa selle (→ Houssine, cit.).Sauter en selle, en croupe.Sauter sur sa bicyclette.Sauter de son siège (→ Ciel, cit. 27). || Sauter à bas (cit. 93) du lit; sauter de son lit (→ Renfermer, cit. 6).Sauter sur ses pieds (→ Camper, cit. 9). || Sauter à terre (→ Musculature, cit. 3; niais, cit. 1).
7 (…) un matin, sautant de mon wagon à la gare de la Bastille, je la vis qui descendait d'un autre.
R. Radiguet, le Diable au corps, p. 39.
(XVe). Se jeter, se précipiter (sans faire à proprement parler de saut). || Sauter sur qqn, lui sauter dessus, l'attaquer, l'assaillir; l'entreprendre sexuellement. || Il a essayé de me sauter dessus. || Animal qui saute sur sa proie.Sauter au collet, à la gorge de qqn (→ Chignon, cit. 3). Saisir.
Loc. Sauter aux yeux de qqn, se jeter sur lui pour le blesser au visage (→ Comparaison, cit. 13; grafigner, cit.). || Se sauter aux yeux. — ☑ (Sujet n. de chose). Sauter aux yeux ( Œil) : frapper la vue, être ou devenir apparent, évident, manifeste. Voir (se voir, 3.); éclater, frapper (→ Évidence, cit. 5; impression, cit. 5).
Sauter au cou de qqn, pour l'embrasser.
3 (Personnes, choses). Subir des chocs, des secousses répétées. Sursauter, tressauter; et aussi tressaillir. || Sauter sur les banquettes (1. Banquette, cit. 1) d'une voiture. || La voiture sautait sur les pavés. || Les images de la télé sautent.Fig. Battre violemment (en parlant du cœur, cit. 35). || Le cœur m'en saute de dégoût (→ Dedans, cit. 7).
8 Et, dans le rire dont Bouvard fut pris, ses épaules et son ventre sautaient d'accord.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, VI.
Mar. || Un navire qui saute sur la lame.
4 (1538). a Vx. (Concret). Changer brusquement de place.
b Mod. Aller, passer vivement, sans intermédiaire (d'une chose à une autre). || Discours, propos qui sautent d'un sujet à un autre. || Regard (cit. 8) qui saute d'un coin à l'autre de la pièce.Sauter d'une idée à l'autre. Coq-à-l'âne (→ aussi Papillotement, cit. 1).Sauter à un autre chapitre, sauter par-dessus un chapitre (→ ci-dessous, II., 2.).
9 — (…) Fais-moi grâce, je te prie, et de la description de la maison, et du caractère du docteur, et de l'humeur de la doctoresse, et des progrès de ta guérison; saute, saute par-dessus tout cela. Au fait ! allons au fait !
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 568.
Mus. || Sauter d'un ton à un autre : passer sans transition d'un ton à un autre.
(Dans une série). || Sauter de troisième en première.
5 (1798; faire sauter, mil. XVIIe). Sujet n. de chose. Être déplacé ou projeté avec soudaineté; faire un mouvement brusque (→ Coussinet, cit. 3). || Bouchon qui saute. Partir. — ☑ Loc. Faire sauter les bouteilles : boire beaucoup.Faire sauter la bille (au billard). Tomber. || Faire sauter un bouton, une maille… ( Péter).Graines qui sautent (→ Déhiscence, cit. 1).Faire sauter la bande d'un journal, d'une enveloppe de papier (→ Lebel, cit. 2), déchirer, détacher vivement.Faire sauter la tête de qqn. Décapiter.
10 Le chef alla droit à lui, commença par lui donner sur la tête une tape si violemment appliquée qu'il fit sauter la perruque et rendit à la tête de Collin toute son horreur.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 1013.
11 (…) la chaîne sauta. Il la remit en place une deuxième, puis une troisième fois. Il essaya successivement les trois pignons, sans arriver à la faire tenir : elle s'en allait au premier tour de roue.
A. Robbe-Grillet, le Voyeur, p. 159.
REM. Dans ce sens, on rencontre la construction anormale avec l'auxiliaire être :
11.1 Il avait lancé un palet avec une telle gaucherie, que la rondelle de plomb garnie de drap était sautée dans le corsage d'une dame (…)
Zola, Son Excellence Eugène Rougon, t. I, p. 205.
(1912). Fam. Et que ça saute ! : allez-y rondement, vivement.
11.2 — Allons, grouillons ! qu'il se mit à gueuler. Schnell ! Schnell ! remontons dans le car et que ça saute.
R. Queneau, Zazie dans le métro, p. 93.
Loc. (Jeu). Faire sauter la coupe : remettre habilement un jeu de cartes dans l'état où il était avant la coupe; fig. passer au bleu, escamoter.
6 (1587). Sujet n. de chose. Exploser de soi-même. Écarter, voler (en éclats). → Déflagration, cit. 2. || Bombe à retardement qui saute.Exploser à cause d'une charge explosive. || Navire qui saute sur une mine, se fait sauter… Saborder (se); → Détonation, cit. 2. || Tout va sauter ! || Faire sauter les ponts (→ Malgré, cit. 15).
12 Point de délai, courons attacher le pétard, dormons dessus; la nuit porte conseil, et demain matin nous verrons qui des deux fera sauter l'autre.
Beaumarchais, la Mère coupable, IV, 1.
13 (…) il eut envie un moment de se faire sauter, idée horriblement féroce : il aurait détruit un tiers de Paris. Ses cent trente-cinq barils de poudre auraient soulevé la Bastille dans les airs, écrasé, enseveli tout le faubourg (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., I, VII.
14 (…) cette petite bombe qui peut tuer cent mille hommes d'un coup et qui, demain, en tuera deux millions, elle nous met tout à coup en face de nos responsabilités. À la prochaine, la terre peut sauter (…)
Sartre, Situations III, p. 68.
Par métaphore ou fig. Se faire sauter le caisson (cit. 2), la cervelle (d'un coup de revolver…). Tuer (se). — ☑ Loc. Éternuer (cit. 2) à se faire sauter le crâne.
Par ext. Fondre, par un court-circuit. || Faire sauter les plombs (cit. 15), les fusibles. || Les plombs ont encore sauté !
7 Être détruit, ruiné, supprimé. || Banque (→ Craquer, cit. 6), entreprise qui saute, qui fait faillite. — ☑ Jeu. Faire sauter la banque.(XVIe). Faire sauter l'argent, le dépenser avec prodigalité.
8 (Personnes). Perdre brusquement sa place, être renvoyé. || On l'a fait sauter : on lui a ôté son emploi.
15 Au fond, il regrettait Soult que les Princes avaient fait sauter sur des racontars.
Aragon, la Semaine sainte, p. 132.
9 (1678). Mar. Changer brusquement de direction (en parlant du vent). Saute.
10 (1767). (Surtout dans : faire sauter). Revenir à feu très vif (→ Omelette, cit. 1). || Faire sauter un lapin ( Sauté).Faire sauter une crêpe, la retourner vivement dans la poêle, en la cuisant.
———
II V. tr. (1527).
1 Franchir en quittant le sol, par un saut. Passer. || Sauter un obstacle, un mur (→ Couvert, cit. 11). || Sauter le mur, le franchir par escalade pour s'échapper (→ Escalader, cit. 3). || Sauter les fossés, les précipices (→ Lunatique, cit. 3; peur, cit. 18).
16 (…) quand l'enfant, au gymnase, dans la sciure, s'efforce au saut en longueur, il n'éprouve qu'une émulation humaine (…) Quel autre orgueil, quel orgueil surhumain de sauter l'obstacle naturel, de franchir d'un bond le ruisseau ! On a beau être seul, on est le premier.
G. Bachelard, l'Eau et les Rêves, p. 248.
17 (…) des statues équestres (…) caracolaient au bout des horizons, sans réussir à les sauter.
Paul Morand, l'Europe galante, Le musée Rogatkine.
Loc. fig. Sauter le fossé (cit. 6), sauter le pas : prendre une décision hasardeuse. Décider (se). — ☑ Sauter le pas : passer brusquement dans un nouvel état. Spécialt. Mourir.Sauter un obstacle (→ Cabrer, cit. 15).
17.1 J'aurais dû, peut-être, en finir une bonne fois avec toutes ces sales places et sauter le pas, carrément, de la domesticité dans la galanterie, ainsi que tant d'autres que j'ai connues et qui — soit dit sans orgueil — étaient « moins avantageuses » que moi.
O. Mirbeau, le Journal d'une femme de chambre, p. 20.
2 (1636). Ne pas lire, ne pas dire dans un texte. Omettre. || Sauter vingt feuillets (cit. 1). || Sauter une phrase. Avaler, escamoter. || Sauter une réplique. Oublier.Ne pas s'arrêter à. || Sauter une étape. Brûler. || Sauter les idées intermédiaires (→ Raccourci, cit. 4).
18 Ce qui lasse les enfants, c'est de leur faire sauter les intermédiaires, de les faire avancer sans qu'ils sachent ce qu'ils croient avoir appris.
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, XIX.
19 Dans un roman il faut se taire ou tout dire, surtout ne rien omettre, ne rien sauter.
Sartre, Situations I, p. 53.
Sauter un échelon. || Élève qui saute une classe (contr. : doubler, redoubler).
Sport. Dépasser, laisser derrière soi. || Sauter un autre coureur.D'une voiture :
19.1 À gauche et à droite, les ténèbres étaient comme une muraille et elles défilaient à 130 kilomètres/heure. C'est alors que la DS doubla.
Elle s'était annoncée à peine, un coup de phares au dernier instant et aussitôt elle sauta la Mercédès dans un virage masqué, tangua un peu en se rabattant sec et disparut dans la courbe suivante en moins de temps qu'il n'en faut à Gerfaud pour murmurer ah le con.
J.-P. Manchette, Trois hommes à abattre, p. 111.
3 (Salter,v. 1430). a Couvrir la jument. Saillir.
b Fam. Posséder sexuellement (le compl. désigne en général une femme). || Tu l'as sautée ! || Elle se fait sauter par X.
20 — Et puis, dis donc ! Je ne l'ai pas violée. Quand une fille est sérieuse, tu peux toujours courir pour la sauter.
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 150.
20.1 La femme du notaire en extase devant son armoire à linge pendant que son mari saute sa secrétaire.
Claire Bretécher, in le Nouvel Obs., 16 janv. 1978, p. 63.
c Argot. Arrêter (un malfaiteur) par surprise.
20.2 Que pouvait répondre le bonhomme, sinon que son réseau de vendeurs se trouvait en cabane, que tous ses gars s'étaient fait sauter les uns après les autres par la brigade mondaine.
Martin Rolland, la Rouquine, p. 106-107.
20.3 Nous le tenons, braille le Gros, à qui je téléphone la nouvelle, bravo. Mais sautez-le dans la rue à l'improviste, sans ça ce sera une boucherie.
Roger Borniche, Flic story, p. 178.
4 (1914). Fam. La sauter : se passer de manger. Par ext. Avoir faim. Crever, péter (la).
21 Et puis, on la sautait : la collation à la caserne, on l'avait déjà dans les talons, l'estomac avec.
Aragon, la Semaine sainte, p. 53.
5 (1812). Vx. Cuire à feu vif; faire sauter (→ ci-dessus, I., 9.).
22 On les met (la chair d'un coq, et du bœuf) dans une casserole, sur un feu bien vif (…) et on y jette de temps en temps un peu de beurre frais, afin de pouvoir bien sauter ce mélange sans qu'il s'attache.
A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût, t. II, p. 184.
6 (Mil. XVIIIe). Rare. || Faire sauter : faire aller (qqch.) de haut en bas, rapidement.
7 Techn. Presser et fouler (les harengs) en caque. Sautage (1.).
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
sauté, ée p. p. adj.
1 (Sens II). || Obstacle sauté.Passage sauté, non composé. Sauton. || Les mots sautés (→ Relire, cit. 1).
2 Spécialt. Exécuté en sautant (I.). || Un échappé sauté (danse).
DÉR. Sautage, sautant, saute, sauté, sautée, sauteler, sautelle, sautereau, sauterelle, sauterie, sauteur, sautiller, sautoir, sauton. — V. Sautron.
COMP. Ressauter, tressauter. — Saute-au-paf, saute-en-barque, saute-mines, saute-mouton, saute-ruisseau.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sauter — ist der Familienname folgender Personen: A. W. Sauter (1911–1961), Basler Künstler Alfred Sauter (* 1950), deutscher Politiker (CSU) Andreas Sauter (* 1974), Schweizer Theaterautor und Regisseur Anton Sauter (1800–1881), österreichischer… …   Deutsch Wikipedia

  • sauter — Sauter. v. n. S élever de terre avec effort, ou s élancer d un lieu à un autre. Sauter de bas en haut; de haut en bas. sauter en avant, sauter par dessus une muraille. sauter à clochepied. sauter à joints pieds. il saute bien. sauter d un batteau …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sauter — is a surname of German origin. The name refers to: *Cory Sauter (b. 1974), American professional football player *Eddie Sauter (1914–1981), American music composer and jazz arranger *Fritz Sauter (1906–1983), Austrian German physicist *Jay Sauter …   Wikipedia

  • Sauter — Sau ter , v. t. [F., properly, to jump.] To fry lightly and quickly, as meat, by turning or tossing it over frequently in a hot pan greased with a little fat. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Sauter — Sau ter, n. Psalter. [Obs.] Piers Plowman. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Sauter — Sauter, 1) Joseph Ant., geb. 1742 in Riedlingen an der Donau, wurde 1773 Professor der Logik u. Moral in Freiburg, schrieb mit Dannenmeyer u. Ruef den Freimüthigen, bes. zu Gunsten der Reformen Josephs II., u.st. 1817 als Professor des… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Sauter — Sauter, Georg, Maler, geb. 20. April 1866 in Rettenbach (Bayern), besuchte die Münchener Akademie, reiste 1889 nach London, wo er mehrere Bildnisse malte, dann nach Holland, Belgien, Frankreich und Italien und ließ sich 1895 dauernd in London… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sauter — Sauter,   Ferdinand, österreichischer Schriftsteller, * Werfen 6. 5. 1804, ✝ Hernals (heute zu Wien) 30. 10. 1854; in Wien Mitglied des Künstlerkreises um J. N. Vogl, befreundet mit A. Stifter, F. Halm, F. Stelzhamer und E. von Feuchtersleben;… …   Universal-Lexikon

  • SAUTER — v. n. S élever de terre avec effort, ou S élancer d un lieu à un autre. Sauter de bas en haut, de haut en bas. Sauter en avant, en arrière. Sauter par dessus une muraille. Sauter à cloche pied, à pieds joints. Il saute bien. Sauter d un bateau… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • sauter — (sô té) v. n. 1°   S élever de terre avec effort, faire un saut. Sauter en croupe. Sauter de joie. Sauter à cloche pied, à pieds joints. •   Il a fait à la fin comme un homme qui se jetterait dans un précipice pour acquérir la réputation de bien… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.